La partie hardware étant finie, on s'attaque désormais au système d'exploitation qui va vivre sur le NAS et va donc permettre d'accomplir toutes les tâches demandées. Découvrez donc quel OS j'ai choisi :)

Sommaire du projet NAS @home :

  1. Etude du projet
  2. Quelques petits bricolages
  3. Etude de la configuration, achat et assemblage du NAS
  4. OpenMediaVault, LE système pour NAS


Pour information, ce projet de mise en place d'un NAS homemade a été réalisé début 2014.


Pour rappel, voici ce que le NAS devra pouvoir faire :

  • héberger mes fichiers multimédias (films, séries TV, musique) de manière sécurisée
  • permettre à tous les utilisateurs/périphériques de la maison de s'y connecter (TV, Freebox, smartphones, ...)
  • contenir les sauvegardes de mes différents PC

Plusieurs choix m'étaient possible concernant l'OS :

  • Solution homemade
  • XPEnology
  • FreeNAS
  • OpenMediaVault

J'ai écarté la solution homemade, qui consiste à installer un Linux classique (Debian), d'ajouter les différents services (Samba, SSH, FTP, etc...) et de les paramétrer tout en sécurisant les accès. C'est une solution qui m'aurait plu mais beaucoup trop chronophage et je souhaitais une interface d'administration Web ;)

J'ai testé très rapidement XPEnology. Si vous ne connaissez pas ce système, c'est en fait l'OS (appelé DSM) qui équipe les NAS de Synology. Cependant, l'installation de DSM est interdite sur une machine autre que Synology. XPEnology permet toutefois de l'installer. C'est ce que j'ai fait pour le tester.

Mon avis sur ce système est assez mitigé. L'installation est un peu galère, et je n'ai pas vraiment aimé l'interface de gestion.

Je connaissais FreeNAS de nom et en parcourant le Web, je suis tombé (aie) sur une autre distribution spéciale NAS et partage de fichiers : OpenMediaVault. La présentation des features sur le site m'a attirée et après quelques recherches, cet OS spécial NAS m'a tapé dans l'oeil (re-aie) !

Pourquoi OpenMediaVault ?

Mon choix s'est porté rapidement sur OMV parce que :

  • OMV est basé sur une Debian
  • l'interface d'administration est sympa, ergonomique et on y trouve tout ce qu'on veut facilement
  • OMV dispose de beaucoup de plugins (avec OMV-extras)
  • les performances sont là
  • les mises à jour sont régulières

Je l'ai avant tout testé sur une machine virtuelle pour voir son fonctionnement. Il m'a plu rapidement et j'ai donc procédé à son installation sur le SSD du NAS.

Installation

Installer OMV est très simple. Il suffit de récupérer l'image ISO d'OMV sur le site officiel, de créer un support bootable (clé USB ou CD-ROM) et de lancer l'assistant d'installation.

Commencez par télécharger l'image ISO à partir du site d'OMV. Le projet étant stocké sur SourceForge, vous pouvez télécharger la dernière release dessus.

Une fois le fichier ISO récupéré, il faut créer un support bootable pour que le NAS puisse démarrer dessus. Pour ma part, j'ai pris une clé USB.
Sur Windows, utilisez le logiciel Win32 Disk Imager, UNetbootin ou encore Rufus pour pouvoir installer l'ISO sur la clé.

Démarrez le NAS, allez dans le BIOS pour modifier l'ordre de démarrage pour placer le boot sur la clé USB en tête.

L'installation est très semblable à une Debian classique. Vous devez choisir la langue, le nom d'utilisateur / mot de passe, le choix du disque dur d'installation, etc...

Par défaut, OMV utilise tout l'espace disque pour s'installer. Il n'est pas possible lors de l'installation de partitioner son disque mais cela peut être fait par la suite via GParted sur une clé USB ou un Live-CD. Pour ma part, j'ai dédié le SSD de 64 Go à l'OS. D'ailleurs, OMV occupe que très peu de place : seulement un peu plus d'1 Go !

A la fin de l'installation, l'IP du NAS est affichée, vous permettant de vous connecter via un navigateur Web sur un autre PC.

Configuration de base

L'interface d'administration Web est accessible via l'IP du NAS. Par défaut, le nom d'utilisateur est admin et son mot de passe openmediavault.

L'interface est assez claire pour ne pas être expliquée dans le détail ; la navigation se fait dans l'ensemble très bien.

Avant tout bidouillage, changez le mot de passe du compte admin (Système > Paramètres généraux > Sécurité Administrateur).

Ensuite, j'ai attribué une adresse IP fixe pour le NAS (Système > Réseau > Interfaces).

Pour que le système soit à jour, effectuez les mises à jour (Système > Gestionnaire de mises à jour). Cochez tout et cliquez sur "Mise à niveau".

Enfin, activez l'accès SSH via Services > SSH.

Ensuite, libre à vous de configurer vos partages de fichiers. Parcourez les menus, testez, c'est assez intuitif.

Avoir plus de plugins avec OMV-Extras

Pour avoir plus de plugins disponibles, il existe le dépôt OMV-Extras. Il contient beaucoup de plugins mais n'est pas disponible par défaut.

Pour avoir le dépôt dans votre OMV, commencez par télécharger le plugin openmediavault-omvextrasorg sur le site officiel. Sélectionnez la version d'OMV que vous avez installé (Diagnostics > Informations système > Version).

Ensuite, allez dans l'onglet Système > Plugins et cliquez sur le bouton Télécharger.

Allez chercher le fichier .deb téléchargé.

Une fois l'installation terminée, cliquez à nouveau sur Système > Plugins, vous devriez avoir une entrée "openmediavault-omvextrasorg" présente dans la liste des plugins :

Cochez-la et cliquez sur le bouton Installer.

Une nouvelle entrée dans le menu Système apparaît : OMV-Extras. Cliquez dessus pour vérifier qu OMV-Extras.org est bien activé.

Pour avoir la liste complète des plugins, rendez-vous enfin dans l'onglet Plugins et cliquez sur le bouton Vérifier pour mettre à jour la liste.

Vous pouvez maintenant parcourir la liste des plugins et installer ceux que vous souhaitez !

Quelques modules et plugins que j'utilise

Samba

Pour que les machines Windows puissent avoir accès aux partages, il faut activer Samba (SMB/CIFS). Très simple à paramétrer, vous décidez quels partages doivent être activés ou non.

USB Backup

Le plugin USB Backup me permet, comme son nom l'indique, de sauvegarder des partages sur un disque dur USB.

Dès que le disque dur USB que j'ai paramétré est branché sur le NAS, le plugin fait une copie (= synchronisation) des dossiers que j'ai choisis (présents sur mes disques durs du NAS), automatiquement !

Très pratique pour synchroniser automatiquement des fichiers multimédia que je partage à ma famille !

Plex Server

Avant, j'utilisais XBMC, renommé en Kodi. J'avais donc un petit PC (Zotac Z-Box) branché sur ma TV qui me permettait de lancer mes films, séries et même musiques sur ma TV. Avant le montage du NAS, j'utilisais un disque dur interne dans le Zotac. Ensuite, une fois le NAS monté et paramétré, j'avais uniquement Kodi sur le Zotac, et les fichiers multimédias étaient lus directement sur le NAS.

Puis, j'ai découvert Plex. Plex fonctionne en mode client-serveur. C'est-à-dire que le serveur contient les fichiers + le serveur Plex et le client correspond en fait au lecteur.

Par chance, ma TV (Samsung) possède une application Plex ! Ainsi, j'ai pu retirer le PC Zotac de mon meuble TV car ma cette dernière peut se connecter directement sur mon serveur Plex, qui n'est autre que mon NAS grâce au plugin d'OMV adéquat !

De plus, via les applications mobiles de Plex, je peux lancer mes films sur mon téléphone ou sur un poste Windows très facilement !

Réplication des données

Vous l'avez sûrement remarqué, je n'ai pas choisi de faire un RAID. Pour rappel, le NAS contient 2 disques durs de 3 To, identiques, pour stocker les données. Je n'ai pas voulu faire de RAID car le NAS ne va pas recevoir des données constamment, uniquement de manière occasionnelle, ponctuelle. Et je n'ai surtout pas envie de m'embêter avec du RAID...
Cependant, je souhaite tout de même avoir une sauvegarde identique des données. J'ai donc choisi de faire une réplication quotidienne via Rsync.

Il suffit d'aller dans le service Rsync d'OMV, d'ajouter une tâche, de choisir une source et une destination, de paramétrer l'heure de lancement et la fréquence puis enfin de choisir les options (ex : supprimer les fichiers de destination qui n'existent pas dans la source). Ainsi, toutes les nuits, mon disque dur "principal" est synchronisé à l'identique sur le 2ème.

Conclusion

Le NAS est pleinement fonctionnel. Ce projet (réalisé début 2014) a été enrichissant et m'a permis de découvrir l'excellent OpenMediaVault. Ce système est vraiment facile d'accès, très performant, mis à jour régulièrement ; en bref, il est parfait pour mon usage !

Après presque 3 ans de bon fonctionnement du NAS (oui, j'ai mis beaucoup de temps à écrire ces articles...), mes besoins évoluent et j'aimerai tester Proxmox VE. C'est un système de virtualisation qui me permettrait d'avoir des machines virtuelles et/ou containers sur mon serveur.