Une journée de roulage sur circuit doit se préparer correctement. La mécanique bien sûr mais le pilote doit aussi être pleinement opérationnel. Découvrons quelques règles qui pourront vous être utile le jour venu !

Le trackday se traduit par une journée piste, une journée de roulage sur circuit. Ces journées sont organisées par les circuits ou bien par des associations, des clubs. Il n'y a pas de notion de compétition ou de chronométrage lors de ces journées. Seuls le plaisir, le respect et la sécurité comptent.

Sachez que dans cet article, je vais parler d'une journée de roulage pour voitures mais ces informations sont globalement valables pour une session moto ;)

Inscription et assurance

Pour connaître les sorties à venir sur un circuit, le site trackdays.fr peut vous être utile. Autrement, renseignez-vous sur les clubs et associations de voitures. Certains autorisent de rouler en multi-marques sur circuit.
Certains circuits organisent des journées "open". Elles sont ouvertes à tous souhaitant rouler avec une voiture sur le circuit. Attention à ces journées qui regroupent de bons pilotes comme des personnes n'y connaissant absolument rien !

L'inscription se fait par bulletin à renseigner et à envoyer à l'organisateur avec un chèque. Le montant varie suivant le circuit. Il est généralement proposé des journées entières mais il existe parfois des demi-journées ou même des sessions de 2h, et même par 15 minutes !

Le point de l'assurance est assez complexe. Votre voiture qui est assurée classiquement a obligatoirement une clause Responsabilité Civile (RC) dans le contrat. Elle vous garantit tout dommage corporel et matériel causé à un tiers.

Généralement, dans les conditions générales du bulletin d'inscription à une séance de roulage sur circuit, vous devez prendre en charge le montant des réparations du matériel du circuit. En d'autres termes, si vous abîmez une rambarde de sécurité, vous paierez les travaux.

Pour éviter cela, selon les assureurs, vous avez la possibilité d'avoir une assurance RC Circuit. Demandez à votre compagnie d'assurance si votre contrat la contient et demandez une attestation papier.

La RC couvre les dommages causés aux autres mais non sur vous. Pour cela, vous pouvez souscrire une assurance corporelle, par exemple sur assurancepiste.com, pour 10€ la journée de roulage.
Cette protection vous permet d'être indemnisé en cas d'accident corporel (remboursement des frais médicaux, versement d'un capital si invalidité ou décès, ...). Renseignez-vous auprès de votre assurance si elle ne dispose pas d'un contrat de ce type.

Concernant les dommages liés à votre véhicule, si vous avez un contrat "tous risques", vous serez couvert. Mais là aussi, cela dépend de votre contrat et assureur.

Préparatifs : le pilote

Une journée sur circuit doit se préparer mentalement et physiquement. Pas question de faire la fête la veille ou de se coucher trop tard. Reposez-vous et vous serez en forme le lendemain !
Si vous avez un mal de crâne ou un nez qui coule avant une sortie, soignez-vous, c'est important.

Généralement, les journées commencent au matin, vers 8h30 / 9h. Suivant la distance qui vous sépare du circuit, n'hésitez pas à prendre une chambre d'hôtel pour être frais à l'arrivée sur les lieux.

Au niveau de la tenue à adopter, ne vous prenez pas la tête : un jean et t-shirt feront l'affaire. Prenez des vêtements dans lesquels vous êtes à l'aise. C'est bête à dire mais un t-shirt avec une étiquette qui vous démange, ce n'est pas agréable et la concentration diminue.
Pensez à prendre un ou deux t-shirt en plus, dans le cas où vous changerez sur place, après une session par exemple ! Une serviette peut être utile également suivant la température extérieure !

Concernant les chaussures, prenez-en des légères, dans lesquelles vous vous sentez bien pour conduire.

Des gants sont facultatifs, c'est à l'appréciation de chacun.

Bien entendu, il vous faudra un casque. Qu'il soit intégral ou jet, votre casque doit être à la bonne taille. Si vous vous sentez un peu serré dedans, les mousses vont se détendre avec le temps.

Si vous vous rendez pour la première fois sur un circuit, analysez-le avant. Regardez le tracé, les trajectoires à adopter, prenez des notes s'il le faut. De plus, et c'est une bonne méthode pour apprendre un circuit, cherchez des vidéos de ce dernier sur Youtube ou autres pour voir comment négocier tel ou tel virage.

Préparatifs : la voiture

Bien entendu, votre voiture doit être préparée également.

Avant toute chose, lavez votre voiture. Quand on est un passionné et surtout entouré de passionnés, montrer sa voiture propre est beaucoup plus sympa que de l'afficher pleine de crasse.
Portez une attention particulière aux vitrages : pare-brise, rétroviseurs ainsi que les vitres doivent être nickels.

Si ce n'est pas une voiture dédiée à la piste, enlevez ou fixez tout objet n'étant pas fermement attaché ! C'est quelque chose de très important car sur circuit, les forces latérales sont beaucoup plus importantes que sur route. De plus, lors d'un accident et encore plus dans le cas d'un tonneau, tout objet non fixé pourrait devenir une arme contre vous et votre passager éventuel.
Regardez cette vidéo pour vous en convaincre.

La position de conduite est très importante. Votre bas du dos et votre bassin doivent être calé dans le siège, afin que les informations soient correctement transmises à votre cerveau, en passant par les nerfs de votre colonne vertébrale.
Les jambes ou du moins vos genoux ne doivent pas toucher la colonne de direction ou le volant.

Lorsque l'on pilote (= différent de conduire), les deux mains doivent être sur le volant. On n'est pas dans Fast&Furious, pas la peine de se la jouer Drift King !
Vos mains doivent être à 9h15 sur le volant et vos coudes doivent avoir un angle idéalement compris entre 90 et 120°.

Si vous avez des harnais, serrez-les comme il faut. Une feuille de papier ne doit pas passer entre le harnais et vous.

Au niveau mécanique, faites sérieusement les niveaux d'huile moteur, liquide de frein, liquide de refroidissement, lave-glace (oui, oui, c'est un élément de sécurité !).
Vérifiez le bon serrage des durites, flexibles en tout genre.

Sur circuit, les éléments de freinage sont beaucoup plus sollicités que dans la vie de tous les jours. Les plaquettes et les disques de frein doivent être également vérifiés. On ne vient pas sur un circuit pour finir ses plaquettes ! Ou alors, vous emmenez un autre jeu de plaquettes que vous changerez sur place.

Des pneus en bon état sont indispensables pour garantir une bonne tenue de route et une bonne sécurité. Ici, même avertissement que pour les plaquettes, on ne fini pas ses pneus sur un circuit ! Vous n'êtes pas seul sur piste, soyez-en conscient.

Si vous avez la possibilité d'avoir 4 autres roues que celles utilisées tous les jours sur votre voiture, préférez des pneus semi-slicks (voir les marques Federal, Toyo, ...). Ils ont l'avantage d'être homologué pour la route (vous pouvez donc vous rendre sur le circuit avec) et ont une adhérence (grip) largement accrue par rapport à des pneus classiques. Cependant, leur durée de vie est moindre, compte tenu de l'effort demandé et du type de gomme (tendre).
Dans le meilleur des cas et si vous le pouvez, c'est-à-dire, si vous emmenez votre voiture sur plateau, préférez des pneus slicks (lisse).

Le serrage des roues est important. Une fois sur place, serrez les écrous avec une clé dynamométrique au couple prescris. Vérifiez deux fois le serrage, c'est mieux.

Un petit objet qui est de plus en plus obligatoire lors des journées de roulage sur circuit : le crochet de remorquage (tow hook). Généralement fourni avec la voiture, mettez-le à l'avant ou l'arrière une fois arrivé sur le circuit.

La boîte à outils

Une boîte à outils avec des éléments basiques pour la remplir peut devenir nécessaire. Un pépin peut arriver, on ne sait jamais et dans ce cas, mieux vaut être préparé.

Dans cette boîte, mettez-y ce que vous souhaitez mais, pour ma part, voici ce qu'elle contient globalement :

  • scotch électricien
  • scotch "solide"
  • gants
  • chiffons
  • tendeurs / sangle
  • colliers de serrage de type serflex/ty-rap
  • tournevis
  • pince plate
  • pince multprise
  • clés plates 13 à 17
  • cutter
  • clé dynamométrique
  • clé démonte roue
  • douille pour écrous de roue
  • testeur de pression de pneu
  • papier / crayon

Dans le cas où je monte mes roues semi-slicks sur place, j'emmène en plus :

  • cric rouleur
  • chandelle
  • cale en bois

Prenez en plus des fluides : liquide de refroidissement ou à défaut de l'eau déminéralisée, un petit bidon d'huile, de liquide de frein.

Je n'emmène pas de compresseur car le mien est trop imposant. Je pourrai acheter un compresseur à pied, beaucoup moins encombrant mais généralement, il y a toujours une personne avec un compresseur sur le paddock quand il n'est pas directement disponible sur le circuit !

Concernant le carburant, apportez un bidon de 20/30 L ou alors, s'il y a une station essence proche du circuit, ne vous embêtez pas et vous ferez vos pleins là-bas.

Une fois sur place

Cela dépend des circuits et surtout des organisateurs mais lorsque vous arrivez sur le circuit, préparez votre certificat d'immatriculation (la carte grise), votre attestation d'assurance et votre permis de conduire.

Avant toute chose, un briefing est généralement de la partie. Les organisateurs vous expliquent le tracé, ses pièges et les règles de bonnes conduite à avoir. Le respect est le mot d'ordre sur ces journées. Respectez les autres, votre voiture et également vous-même (vous n'êtes pas un sur-homme/femme).

Lors de ce briefing, essayez d'analyser le comportement des autres pilotes. C'est très intéressant ! Certains sont des semi-professionnels, d'autres sont ultra sûrs d'eux et peut-être trop, ou encore ceux qui n'écoutent pas les consignes. Ne les jugez pas, analysez-les simplement.

De même, allez faire un tour sur le paddock pour voir les "concurrents", les autres voitures. Si la journée n'est pas libre (c'est-à-dire si ce n'est pas une journée open et donc qu'il y a des plateaux), regardez les voitures qui seront dans la même catégorie que vous et analyser le comportement de leur propriétaire afin de repérer les gugusses.

Lors de votre première sortie et de vos premiers tours, allez-y doucement. La piste est froide, vos pneus et freins aussi et vous également ! Faites monter les températures des pneus et des freins doucement, sans vous précipiter.
Mettez votre clignotant pour indiquer aux autres participants qu'ils peuvent vous doubler.

Entre deux sessions

Avant de rentrer au paddock, faites un tour de sortie au ralenti, avec les feux de détresse (warning) tout en utilisant le moins possible les freins. Soyez vigilent dans ce tour, certains conducteurs ne jouent pas le jeu et continuent de rouler à fond... De même, pendant ce tour, ne relâchez pas la concentration. Vous roulez plus doucement mais une erreur est facile à faire !

Une fois à votre emplacement sur le paddock, laissez tourner le moteur au ralenti quelques minutes. De plus, ne serrez pas le frein à main. Préférez mettre une vitesse ou une cale à vos roues dans le but de ne pas coller les plaquettes de frein arrière sur vos disques.
Ouvrez également le capot pour que la chaleur se dissipe plus facilement.

Pensez à vérifier la pression des pneus à chaud et à froid. Vérifiez de temps en temps le niveau d'huile, de liquide de refroidissement et de frein.

Le matériel et la mécanique doivent refroidir mais également le pilote ! Descendez de l'auto, marchez un peu, relaxez-vous, discutez avec d'autres participants. Surtout, buvez et mangez quelque chose. Une session circuit demande vraiment beaucoup de concentration, vous allez perdre quelques litres selon la météo et l'auto que vous pilotez, donc hydratez-vous souvent !

Attention toutefois à la reprise après le déjeuner. Vous avez bien mangé, vous pouvez avoir des risques d'assoupissement. Soyez-en conscient, ça peut vous arriver.

Entre deux sessions, essayez de vous rendre sur le circuit ou de faire des tours en tant que passager dans d'autres voitures afin d'analyser le comportement des autres et de la piste (présence de gomme à certains endroits, piste qui glisse, vibreur trop haut, etc...).

Le retour au bercail

La journée finie et le matériel rangé (et attaché) dans la voiture, il est temps de dire au revoir aux potes et de rentrer à la maison. C'est dans ces moments là qu'on se rappelle de sa journée fantastique et c'est surtout là où il ne faut pas trop relâcher sa concentration. Rentrez calmement, en conduite "pépère", sans faire le kéké sur la route (les gendarmes/policiers ne sont jamais trop loin d'un circuit...).

Une fois arrivé chez vous, si vous avez le temps, sortez le matériel de la voiture et enfin, allez prendre une bonne douche et servez-vous une bière bien fraîche !

Conclusion

Je vous ai présenté des règles et des conseils simples pour certains, évidents même mais je peux vous assurer que beaucoup de personnes se rendant aux journées de roulage sur circuit n'en connaissent pas la moitié et se prennent pour les rois des pilotes !

Pour reprendre l'excellent site Super-Trackay.com, j'insiste sur trois mots : respect, courtoisie et humilité. Ce sont des valeurs à avoir et à partager pour garantir une bonne journée !

Bref, préparez vous et votre mécanique, et prenez avant tout du plaisir, car c'est pour ça que l'on participe !